Barry Lyndon -
La musique de Schubert ne transfigure le film que parce que la mise en scène s'arrange d'abord pour la rendre indispensable

indispensable

Un film au ralenti, une boite à musique grandeur nature

CIYIdFIWsAAqphV

Le film emprunte aux automates musiciens du 18ème siècle.
(début à 1mn 07s)

Til productions – Jean-Luc Muller

L'automate contrefait le vivant, la mise en scène de Kubrick, l'automate.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s